Peut-on Tout Pardonner ?

Read the article in English

sunset hands love woman
Photo by Stokpic on Pexels.com

Les relations interpersonnelles peuvent rapidement devenir une source inévitable de conflits, de malentendus et de ressentiment. C’est inscrit dans notre biologie que nous retenons les expériences négatives en vue d’en tirer des leçons, il en va de notre survie. C’était le cas à l’ère préhistorique afin d’éviter l’extinction de l’espèce humaine, mais voilà ce réflexe est désormais gravé dans nos gènes et nous gardons une dent contre tout malheureux qui ose nous fâcher.

Comment vous sentez-vous quand vous êtes fâché contre une personne? Je parie que ce n’est pas très confortable n’est-ce pas? Le visage a tendance à être fermé, le front plissé, votre foie sécrète de la bile ce qui peut vous donner des sensations de brûlure. Quand vous voyez ou pensez à cette personne ou à ce qu’elle vous a fait, votre corps se met en mode stress et cherche à se défendre contre cette production de cortisol. Par conséquent vous êtes d’humeur irritable et vous pouvez vous en pendre au premier qui osera vous regarder de travers. Sans compter tous les termes insultants que vous pouvez être amené à employer à l’adresse de votre ennemi, déversant ainsi dans l’univers des ondes négatives qui ne manqueront pas de vous revenir tel un boomerang. Il est prouvé médicalement que les personnes qui sont constamment soumises au stress sont plus exposées aux maladies graves (maladies cardiaques, anxiété, dépression par exemple).

Garder des rancunes nous fait d’abord du mal à nous, c’est d’ailleurs surtout à nous que cela cause des dommages. C’est notre santé physique et mentale qui en subit les conséquences. Vous me direz « peut-on tout pardonner? » et je ne suis pas sûre d’avoir la réponse à cette question tant l’être humain peut faire preuve d’ingéniosité en matière de cruauté. Mais il est absolument essentiel d’exprimer sa colère de manière saine, en faisant savoir à la personne qui nous perturbe que son attitude nous a blessés, que nous n’acceptons pas d’être traités de cette manière. S’exprimer de la sorte nous permet de rétablir notre intégrité et de retrouver notre place de sujet, d’acteur dans la relation et de dépasser le statut de victime. Même si je reconnais que se positionner en victime peut avoir des avantages. En effet les gens vous plaignent, s’intéressent à votre histoire, veulent savoir tous les détails de l’affaire. On a l’impression que les autres s’intéressent à nous, s’occupent de nous. Le problème c’est que cette attitude entretient la colère, les sentiments négatifs et ne nous aide pas vraiment à les dépasser.

Pardonner ce n’est pas minimiser ce qu’on a vécu. C’est se demander ce que le ressentiment nous apporte, c’est se demander à qui cela rend service que nous restions dans un état de stress permanent. Pour entrer dans le pardon on peut se remémorer toutes les fois où nous-même nous avons été pardonnés. Pour ceux qui ont des références religieuses judéo-chrétiennes, on peut se rappeler les nombreuses occasions où Dieu pardonne à son peuple dans la Bible, et le pardon ultime de Jésus sur la croix alors qu’il venait d’être crucifié.

Pardonner consiste à reconnaître notre souffrance face à l’acte posé, à mobiliser notre capacité à accepter que l’autre puisse être faible, maladroit, imparfait. Cela nécessite de faire preuve de bienveillance, d’accueillir l’autre comme il est avec ses failles. Pardonner ce n’est pas accepter d’être blessé, mais accepter de guérir après le coup.

On entend souvent, « je pardonne, mais je n’oublie pas ». C’est une drôle de façon de pardonner, car quel bien cela pourra-t-il faire si on rappelle à la personne la douleur qu’elle nous a causée? En dehors du fait qu’on la culpabilise peut-on vraiment considérer qu’on a pardonné? Lorsque je pardonne, je considère que l’acte est passé, que je ne peux pas revenir en arrière, et que je dois me concentrer sur la manière de continuer à avancer dans ma vie avec cette nouvelle cicatrice. Lorsqu’on a vraiment été profondément blessé, il peut être très difficile voire impossible de continuer à fréquenter l’auteur des faits. Il peut alors devenir nécessaire de couper les liens, sans rancune.

L’acte de pardonner n’est pas simple, il est vain de chercher les raisons pour lesquelles les personnes agissent mal avec nous ou bien notre entourage en se demandant pourquoi. En dehors des sadiques, les personnes se peuvent pas vous expliquer rationnellement leurs agissements. Pardonner nous apaise et cela permet de préserver les relations auxquelles nous tenons toujours. C’est un geste gratuit mais qui est d’une valeur inestimable. Parfois on peut exprimer son pardon à la personne de son vivant, mais même lorsqu’elle est partie, c’est toujours possible. Je terminerai ce post en évoquant le pardon sans lequel aucun autre n’est possible. Le pardon à soi-même. Nous pouvons nous reprocher une multitude de choses, notre caractère, notre lâcheté, notre naïveté, nos erreurs passées. Vivre dans la rumination et la culpabilité est extrêmement douloureux et dommageable pour l’équilibre psychique. Nous aussi nous avons le droit d’être imparfaits, de commettre des erreurs, d’avoir des faiblesses, des failles, et nous aussi nous méritons d’être pardonnés. Comme le dit le proverbe, « charité bien ordonnée commence par soi-même. »

Je vous souhaite d’expérimenter la joie du pardon pour une vie simplifiée et abondante.

Prenons soin de nous.

À bientôt!

8 commentaires Ajouter un commentaire

  1. mounasayamene dit :

    Le contenu de votre blog est intéressant .. Je te remercier de le partager .. Si vous voulez check mon blog et donne moi ton avis .. Je t’encourage

    Aimé par 1 personne

    1. Monaminga dit :

      Merci Mouna, je suis passée voit ton blog aussi, on a le même thème 🙂 Sympa ton blog aussi, je reviendra 😉

      J'aime

  2. leilalil dit :

    oui, mais sans oublié

    Aimé par 1 personne

    1. Monaminga dit :

      🙂 et du coup si on pardonne sans oublier, est-ce que ça n’altère pas un peu la relation ?

      Aimé par 1 personne

      1. leilalil dit :

        oui, mais c’est naturel tu poura pas oublier, c’est sur.

        Aimé par 1 personne

      2. Monaminga dit :

        C’est vrai que c’est pas facile de ne pas oublier. Mais parfois je crois qu’on y arrive, ça dépend de ce que l’autre nous a fait bien sûr j’imagine. C’est pour cela qu’à mon avis quand on n’arrive vraiment pas à oublier, plutôt que de continuer à faire « payer » l’autre, le mieux c’est d’arrêter de se fréquenter.

        Aimé par 1 personne

  3. Je pense que dans le fait de ne pas oublier, c’est plutôt ne pas oublier les conséquences que tel ou tel acte / évènement / mot a eu sur nous.
    J’ai eu beaucoup de mal avec le pardon fut un temps. Puis j’ai appris et j’ai compris que le pardon c’était surtout pour moi, pour ma vie, libérateur, salvateur.
    On peut dire « je te demande pardon » ou « je te pardonne » l’autre est à même d’accepter ou pas. Alors ce n’est plus de notre ressort. Nous avons fait notre chemin. A chacun le sien!

    Aimé par 1 personne

  4. Monaminga dit :

    Oui, le pardon est surtout pour nous-mêmes, le bénéfice secondaire est d’éventuellement réparer la relation à l’autre. Ce que je voulais dire dans ma question c’est que quelques fois si on se dit qu’on n’oublie pas, le risque et de rappeler constamment au fautif son erreur passée, or le fait de pardonner consiste à mon sens à mettre le passé derrière soi et par conséquent à ne pas le ramener sur le devant de la scène sous forme de chantage par exemple.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s